Ski

Ski freeride : comment pratiquer le ski hors piste ?

Envie de parcourir les montagnes de neige dans des espaces inconnus ? Le Ski hors-piste est l’activité qu’il vous faut. Procurant une sensation de liberté et une certaine dose d’adrénaline, le ski freeride présente toutefois bien des risques. Découvrez dans cet article l’essentiel à connaître avant de se lancer dans le ski freeride.

Qu'est-ce que le ski freeride ?

Comme toutes les activités hors-piste, le ski freeride est une pratique de descente sur des pentes de neige poudreuse. Réalisé en dehors des domaines balisés, le ski freeride nécessite une parfaite connaissance de la nature, mais aussi une confiance extrême. Que l’activité soit réalisée en montagne, à côté des pistes ou sur des pentes vierges, il est toujours question de ski libre ou snowboard. Le ski freeride a en effet pour but de permettre aux skieurs de s’affranchir des règles générales de sécurité des pistes traditionnelles pour des expériences inoubliables en nature sauvage.

Faire du snowboard hors-piste, quelles sont les règles ?

Les risques encourus sont énormes lors du ski freeride. À cet effet, lors de l’évolution en hors-piste, il est important d’avoir un contrôle total de ses skis et de sa vitesse. De même, un skieur doit pouvoir maîtriser sa descente, quelles que soient les conditions de la neige. Par ailleurs, pour éviter les éventuels désagréments, le skieur doit évoluer en fonction de sa condition physique et de son expérience lors d’un snowboard.

Outre ces règles, le bon skieur est celui qui sait écouter l’environnement et qui sait adapter sa technique en fonction de la qualité de la neige. Aussi, il est fortement déconseillé de rider seul en hors-piste. Le territoire étant sauvage, il vaut mieux avoir un ami sur qui compter en cas d’accident. De même, avant d’aller skier en territoire non balisé, il faut se renseigner sur les avalanches de la région ainsi que les gestes à suivre en cas de danger.

Les techniques de ski à adopter en hors-piste

Que ce soit en station balisée ou en hors-piste, les techniques utilisées par les skieurs doivent varier en fonction de la qualité de la neige. À cet effet, pour avoir une chance de résister face à tout type de neige, trois techniques sont absolument à connaître :

La technique de neige poudreuse

En cas de neige poudreuse ou de neige de printemps, la technique de ski à utiliser n’est pas si compliquée. En effet, celle-ci s’apparente à celle utilisée lors du ski de piste. Alors, pour ce type de neige, être précis sur ses appuis et attentif à l’environnement devrait suffire pour s’en sortir comme un pro.

La technique de la neige poudreuse

Lorsque la neige est assez profonde, il faut coexister plusieurs méthodes puisqu’il va falloir skier dans les grandes courbes, mais aussi dans les petits virages. Pour courir ce genre de terrain, il est préférable d’avoir un bon niveau puisqu’il faudra faire pivoter ses skis dans le sens plat et non sur les carrés. Aussi, le contact tibia-languette doit être préservé pour éviter que vous ne tombiez lors de la randonnée. Par ailleurs, lorsque la neige est énorme, répartissez le poids de votre corps sur les deux pieds en maintenant une position verticale. Une autre chose à faire, c’est de respirer suffisamment pour réduire le risque d’épuisement.

La technique en pente raide

Pour faire du snowboard en pente raide, la technique adaptée est le virage « sauté ». Cette méthode de freeride ski permet de rechercher l’allègement afin de faciliter le changement de carres. Le virage sauté permet un pivotement rapide et ample au skieur. Ainsi, le skieur maîtrise mieux sa vitesse.

Quels sont les accessoires indispensables pour un ski freeride ?

Pour aller skier en territoire inconnu, la règle de base est d’avoir des équipements appropriés. Il s’agit entre autres de :

  • La balise émetteur-récepteur : Ce matériel est utile en cas d’avalanche lors d’un ski freeride. En effet, la balise est conçue de manière à envoyer des signaux qui aident les secours à retrouver une personne sous la neige. Cet accessoire doit forcément être accroché à un endroit facile d’accès. Ainsi, le skieur ne doit en aucun cas le mettre dans le sac à dos. L’accrocher à votre combinaison ou la mettre dans une poche du pantalon est l’alternative recommandée.
  • La pelle : ce matériel se garde beaucoup plus pour le côté fun. La pelle est en effet utilisée pour créer des tremplins, des virages et des lignes de rites. Par ailleurs, cet accessoire est d’une très grande aide lorsqu’il faut creuser pour sortir quelqu’un ensevelir sous la neige.
  • La sonde : à ne surtout pas oublier, ce matériel permet de retrouver une personne coincée sous la neige. En complémentarité avec la balise, la sonde vous indique à quelle profondeur se trouve cette personne.
  • Des chaussures de randonnée alpine : pour faire du ski freeride, le skieur doit avoir de très bonnes chaussures résistantes. Les chaussures de ski spécialisées en randonnée sont la meilleure alternative.

Comment choisir ses skis freeride ?

Le choix des skis adéquats se fait sur la base de certains critères tels que la taille, la largeur, l’utilisation et la fixation. Accorder une attention particulière à votre ski vous garantit une randonnée des plus agréables.

Les critères d’achat de ski freeride

Le premier critère est la taille des skis. Pour faire un choix, il est important de prendre en compte l’utilisation que vous comptez faire des skis. Ainsi, la taille va certainement être différente en fonction que votre ski freeride soit conçu pour circuler à la fois sur les hors-pistes et sur les neiges damées ou simplement sur les territoires non balisés. Pour des skis polyvalents, ce sera un ski de taille plus grande allant dans les 5 à 10 cm. En outre, lorsque c’est un ski freeride uniquement poudreux, une longueur de 10 à 15 cm sera l’idéal.

Ensuite, pour ce qui est de la largeur, la tendance de ski homme freeride est souvent de 90 à 105 mm au patin. Une telle largeur permet au ski poudreux homme d’être performant sur des pistes qui nécessitent un changement de carre. Pour une femme, une largeur de 86 mm à 100 mm au patin suffit largement pour faire du ski freeride.

Pour le snowboard en plein air, un ski avec une fixation freeride est recommandé. En effet, une telle fixation permet au ski d’être plus robuste. Ainsi le ski freerando pourra mieux encaisser les réceptions et passer sur tout type de terrains sans grande difficulté lorsqu’il a une bonne fixation.